dimanche 15 mars 2020

Virus, vous avez dit virus? MAis allez voter!

Ce vendredi, j’écrivais le texte en italique ci-dessous. Aujourd’hui, je ne sais plus trop que penser, et les annonces de notre 1erM d’hier soir ont commencé à m’angoisser. Cela ne m’a pas empêché d’aller voter, de sortir aujourd’hui, et d’aller bosser demain. Mais c’est bien curieux. Que va-t-il se passer pour les petites entreprises ? Pour les culturels ? Pour les autoentrepreneurs ? Pour les restau et les bars ?
Services publics essentiels, ca veut dire quoi ? Pour moi la Culture, les bars et les restau, c’est aussi essentiel !
Et la première chose que j’ai faite hier soir a été d’aller au restau (quasi vide et j’aurais bien consolé le très sexy serveur, qui était bien abbatu)et aujourd’hui de boire un coup avec ma moitié, au soleil. 
Et puis ensuite , je suis allé VOTER! Allez-y, si c'est encore temps!
 
Bon, on va rester chez soi, se redécouvrir, faire tout ce qu’on n’a jamais le temps de faire. c’est pas mal non plus, en fait. Comme l’écrit ici l’ami Matoo !

Voilà en tous les cas ce que j’écrivais vendredi :

Il y a des jours où on a l’impression de perdre tous nos repères, les bornes où l’on peut se raccrocher. Je me souviens de mes cours de français au lycée de cette phrase de Pascal, que je n’ai jamais oublié « il faudrait être fou que de ne pas être fou dans un monde de fous ». Oui, comment aujourd’hui raison garder dans notre monde de fous ?

Il se passe quoi, là, en ce moment ? Le système se casse la gueule en quelques jours, Macron devient presque de gauche et vante les services publics, et tout ca, à cause d’un petit microbe qui sape les fondements de la terre entière ? Enfin, de la terre entière...plutôt de notre sphère occidentale, mondialisée, dominée par Chine, US et Europe, tous touchés, et finalement si vulnérable ?. Je ne suis pas du tout complotiste, mais alors vraiment pas. Mais je ne comprends pas toutes ces mesures inédites et d’une ampleur terrible qui sont prises un peu partout, et hier, je me demandais si il n’y avait pas un grand méchant derrière tout ça, que James Bond va bientôt terrasser ! Bon, je suis redescendu sur terre quand même ! J’ai quand même trouvé notre Président plutôt responsable, en refusant de tout bloquer et en appelant à la responsabilité de chacun. C’est pas ce qu’on devrait tous faire, non ? Rester au chaud quand on est fragile, éviter les contacts inutiles quand on est bien portant, et avoir une bonne hygiène de vie, comme se laver (les mains et le reste aussi!) régulièrement ! Un peu élémentaire tout ça, et pour l’instant (et j’espère que ca se vérifiera plus tard), ce virus a fait moins de morts en France que la grippe saisonnière l’année dernière , non ?
Mais c’est là où l’on me dit que je me trompe, que si il y a moins de morts, c’est justement parce que on a fait attention et pris des mesures pour enrayer l’épidémie, que le virus est ultracontagieux, etc, etc....désolé , mais pour l‘instant, je ne suis pas convaincu, à part sur le fait que en hiver, il y a des saloperies qui traînent et qu’il faut s’en protéger. Mais de là à bloquer un pays, une économie, une société, un système entier ? j’ai hâte d’être un peu plus vieux (pour une fois!!) de quelques années où l’on nous dira ce qu’il s’est passé exactement : une réelle pandémie ? Une psychose collective mondiale, relayée par des réseaux sociaux, qui amplifient la moindre rumeur et inquiétude ? On verra. En tous les cas, si quelqu’un peut m’éclairer sur le bien-fondé de toutes ces mesures, je suis preneur !
Et comme quoi, rien n’est jamais acquis, il faut toujours se battre pour conserver ce qu’on a , et continuer pour obtenir plus.
Aujourd’hui, je crève d’envie d’aller traîner dans un sauna ! Bon, mais je crois que je vais être responsable, et éviter d’y traîner. Pour ne rien attraper, ni virus couronné, ni autres. Et puis, en plus, y aura-t-il du monde ? Je doute…..

Et j’écoute enfin pour une fois ce cher Augustin Trapenard, dont la voix continue à m’envoûter (on a l’impression d’être son très bon copain, qu’il s’intéresse à vous, et vous rends plus grand, plus beau, plus intelligent!) , qui reçoit Betty Catroux, égérie et grande amie de saint-Laurent:
Augustin : « vous faites quoi quand vous étés déprimé devant le monde d’aujourd’hui? »
Elle : « d’abord, je bois un coup ! »

Bon, allons boire un coup, une bonne vodka ou un coup de mezcal ou tequila, pour tuer tous ces petits virus !!!

PS : vu aujourd’hui dans Paris : un couple qui se retrouve, l’un a un masque, l’autre non. Celui qui a le masque arriver vers l’autre qui attends. Quand ils se voient l’un l’autre, l’homme au masque le retire, et roule une magnifique pelle pleine de désirs à l’autre ! Quand le masque pourrait devenir un accessoire érotique…..

vendredi 28 février 2020

"J'ai deux amours"


Résultat de recherche d'images pour "J'ai deux amours arte tv"Tombé par hasard sur cette série Arte il y a une dizaine de jours, « J’ai deux amours ». Visible sur arte.TV jusqu’à mi-mars, j’en ai profité. La critique avait un peu dézingué la série, la trouvant trop timide, pas assez décalée et pêchue comme auraient pu faire les anglais par exemple. Certes, c’est plutôt consensuel et « gentil », ça se termine plutôt bien, mais c’est quand même intéressant que la télé française programme ce type de série , marquant quand même une certaine installation dans la société de couples homos, à la sexualité ouverte, et dont la « normalité » n’est plus à questionner. Ici, la question est plus celle de la possibilité ou non d’avoir deux amours en même temps, que ce soit des amours hétérosexuelles ou homosexuelles. Du polyamour sans doute ?

Moi ça m’a bien plus. Je trouvais déjà les acteurs-trices excellent-e-s, avec un intérêt spécifique aux deux hommes, dont le style et le physique me plaisent beaucoup. Ainsi que leur mode de vie. Ils font envie, et je me demande toujours si ce type de relations est celui que peut vivre un couple de mecs. Et je ne vois pas pourquoi ca ne serait pas. Avis aux lecteurs hommes qui seraient en couple avec un homme, votre témoignage m’intéresse.

Et puis, cette question du (non)choix entre deux personnes me taraude. Le modèle social, et sans doute la nature humaine, qui est finalement assez exclusive dans sa relation à l’autre, nous poussent à être en couple avec une autre personne. Evolution de ces dernières années, pas forcément de sexe opposé (au moins en Europe occidentale). Mais néanmoins, le trouple est encore une grande exception, non ? Ou alors je suis vraiment totalement à côté de la plaque. 

Cette série plaisante y réponds donc à sa manière, je vous laisse regarder jusqu’à la fin sans spoiler.

samedi 22 février 2020

Envies et manques

Difficile ces derniers mois. Calme plat dans les rencontres. Sans doute avançant dans l’âge, cela devient plus difficile, car on serait moins attirant ? Ou alors ma prudence et parfois méfiance de comportements trop à risques se devinent trop sur mon visage et mes attitudes, à tel point que je n’en suis plus attractif ? Pourtant, la rencontre hier au sauna du jeune (il devait avoir tout juste la trentaine) beau grec, montre que ce n’est pas si systématique.

C’est vrai que j’ai peu de temps pour aller traînasser sur les sites de rencontres, qu’ils soient virtuels, comme les applis, ou réels, comme les saunas. Beaucoup de boulot, beaucoup de copains qui passent, peu de temps vraiment à moi, en solitaire. Et pourtant, j’adore être seul, à traîner, bouquiner, dessiner, écouter de la musique, boire une bière à une terrasse, mater les mecs qui passent. Enfin, pour ça, pas besoin d’avoir du temps. Il en passe régulièrement devant moi. Parfois, je me surprends à me retourner. Mais l’autre ne se retourne pas. Et s’il le faisait, comment je réagirais ? Je me rends compte que je suis très timide en fait...et quand je fais le premier pas, c’est que vraiment, je suis affamé !
Mais je trouve les mecs de plus en plus attirants !

Et ces derniers temps, je suis vraiment affamé. Très en manque. Pas de temps donc pour traîner. Comme je le disais. Hier, pourtant, j’ai décidé de partir un peu plus tôt du boulot. J’avais un rdv pro en extérieur, réel celui-ci, j’en ai profité pour aller au sauna. Et là, je prends des risques, parce que c’est à 100 mètres de chez moi. Je fais quoi si en sortant, je me retrouve nez à nez avec un copain, un commerçant du quartier, un voisin, ma moitié ? Du coup, je m’étais camouflé, en mettant un imper long, avec capuche, pour cacher mon apparence, au cas où...en plus , il pleuvait, donc cet accoutrement était assez justifié. J’avais aussi pris avec moi mes lunettes de soleil, qui là, n’étaient vraiment pas justifiées. Mais j’en avais trop envie. De me retrouver dans cette chaleur humide, ou sèche, dans cette pénombre où les corps, dans le plus grand silence, se croisent, s’effleurent, se touchent, parfois vont plus loin. Je me rends compte aussi que je commence à apprécier cette odeur de désinfectant utilisé dans ces lieux, que je détestais au début. Mais, aujourd’hui, c’est du réflexe pavlovien, je sens ca, et mes sens sont en éveil. A la piscine publique, ils doivent utiliser le même genre de produits. Ca me fait le même effet.

En tous les cas, je n’ai pas été déçu de ce tour. Peut-être était-ce l’heure (17H/19H) ? Il y avait en tous les cas beaucoup de monde. Comme d’habitude, tous les âges, tous les gabarits. Le hammam, qui a été refait récemment, était très chaud. Très embué. Tellement que par moment, on ne voit pas à 50 cm. Très propice aux rencontres donc. C’est là que nous nous sommes retrouvés à 5 ou 6. Toujours à se regarder silencieusement, sans forcément oser bouger, alors qu’on est tous là pour la même chose. Un beau mec s’était allongé à côté de moi. Une fois le nuage un peu dissipé, je me rends compte qu’il me faisait signe de l’œil, en me désignant son sexe. Très fort, le type, je n’avais jamais vu ca… Par les yeux, le message était clair : « viens sucer ce bel objet… »Je ne sais pas si j’aurais été jusque là (je vous ai dit, je suis devenu très prudent depuis quelques temps), mais je pensais en tous les cas aller tâter de ce corps...quand...s’est assis à côté de moi, un vrai dieu grec. Musclé comme j’aime, mais pas trop, très bien dessiné, belle tête….plutôt jeune. Pas pour moi, me suis-je dit instantanément. Mais je n’ai pas fait un geste vers mon voisin allongé. J’ai pris un peu de temps pour admirer ce beau corps. Et au bout de 5 minutes, voilà que ce jeune dieu commence à me caresser. Je ne l’ai pas fait patienter. En plus, il embrasse...magnifiquement...et très vite, il me susurre « cabine ». Ni une, ni deux, nous voila parti pour une cabine plus tranquille, la bite raide en avant, devant les yeux un peu abasourdis des autres, qui n’en reviennent pas que l’affaire se soit conclue aussi rapidement !
C’est dans la cabine que, au milieu de caresses, bises, embrassades et autres plaisirs des corps qui se frottent et se caressent, que j’apprends qu’il est grec, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il n’est malheureusement là que pour quelques jours, et je comprends qu’il ne me donnera pas son tel. En revanche, il s’offre tout entier, et je profite avec joie de ce corps quasi parfait. Il me fait découvrir aussi une zone que l’on ne m’a jamais touché, et qui me fait « monter au plafond » : le long des côtes, sous les aisselles. Wahouuu, quelle sensation !! avec en plus, l’excitation de la nouveauté ! Je ne sais pas si ce sont ses doigts, sa manière de caresser, mais je n’avais jamais ressenti ça jusqu’à aujourd’hui. 

Très belle rencontre donc, trop courte malheureusement. En tous les cas, cela m’a requinqué. Je suis aujourd’hui d’une énergie d’enfer, je bosse vite et bien. Je ne perds pas de temps. Je suis concentré (bon, en même temps, j’ai pris 30 minutes pour écrire ce billet). Comme quoi, il faut vraiment prendre un peu de temps pour satisfaire ses besoins !



mercredi 1 janvier 2020

2020

2020, trinquons cette année du 20(vin) - ok, je fais pas dans l originalité-, rencontres, douceurs, caresses, découvertes, et du beau!
Et de la légèreté, à  l image de ces bulles de champagne, pour supporter la gravité de notre monde....

samedi 23 novembre 2019

Faits du hasard

Ces derniers temps, le hasard m'a fait me retrouver avec des hommes sur leurs lieux de travail avec qui j'ai pu partager des moments intimes.
Toujours dans la discrétion, car à chaque fois, j'étais accompagné. M'ont-ils reconnu? me suis-je trompé? à chaque fois, il me semble quand même avoir pu déceler un regard complice, du style " ca va, je t'ai reconnu. et tu ne crains rien, je ne vais pas te sauter dans les bras". 
Je pensais qu'habiter une grande ville renforçait l'anonymat.
Foutaises. 
Le monde reste assez petit, surtout ce petit monde des hommes.
Bon, j'aimerais bien retrouver Alvaro ainsi "par hasard", dont j'ai perdu le tel. Mais on n'habite pas la même ville. Cela semble plus difficile. Who knows?

mercredi 23 octobre 2019

Sans queue, ni tête (7)

Sans queues ni tetes, mais ca va traiter de queues ou de tetes. Du moins de celles que je n’ai pu touchées comme j’aurais voulu.

**L’autre week-end , je participe à un événement associatif pour lequel ma moitié a été sollicité. C’est un dimanche après-midi. Je l’accompagne. Derrière une table, je remarque un mec, de type asiatique. Rien de plus. Je déambule et passe devant lui. Il en profite, je suis seul : «  tu vois, je te l’avais dit, ici, c’est un village, on se retrouve. Qu’est-ce que tu fais ici ? ». Et là, j’ai un éclair. Il est venu chez moi il y a un mois, quand j’étais célibataire. Très bon moment de sensualité et de joli érotisme. Mais voilà, j’avais déjà oublié son visage. Je me sens confus pour lui. Et puis je me pose une question : serais-je capable de reconnaître les mecs avec qui j’ai partagé un moment intime ? Je me rends compte que je suis assez incapable de m’en souvenir. Bon, au moins, si je les croise, je ne ferais pas de gaffes envers eux, puisque je ne les reconnaîtrais vraiment pas. Je pense quand même que je pourrais reconnaître Alvaro et , dont j’ai perdu les coordonnées…

** l’autre matin, en ouvrant mon tel, tous mes contacts ont disparu. Ils ne sont même pas sur le cloud. Volatilisés !! la hot line de la pomme n’y comprends rien. Il faut que je passe les voir. En attendant, j’ai perdu certains tel qui me sont importants, de type avec qui j’ai pu échanger ou partager de bons moments. Certains copains bloggeurs m’ont renvoyés leur tel. Mais Alvaro, machin ? Disparu !!!! deux solutions : soit je les rencontre de nouveau au sauna de Paris, comme cela m’est arrivé avec serge le coiffeur (dont j’ai aussi oublié le tel, mais que je n’avais pas reconnu et lui non plus). Soit ils me recontactent d’eux-mêmes (mais je n’y crois pas, je leur ai demandé de la discrétion). Dommage dommage. (Bon, vu que j’ai retrouvé Alvaro sur le net, je pourrais le contacter sur son adresse pro, mais c’est un peu risqué quand même!). Donc, si tu me lis, et que tu penses que j’ai perdu ton tel, n’hésite pas à me le renvoyer accompagné d’un message neutre, et de ton nom….

** si j’ai oublié les visages, ai-je oublié les queues, certaines m’ont laissé un souvenir, d’autres non. En même temps, je risque pas grand-chose à les avoir oublié, je doute que nos queues se retrouvent aussi facilement au milieu d’une foule…

** j’ai récemment été en Allemagne pour le boulot. Dans une très grande ville. Impressionné par les bières. Et la capacité des mecs à boire des litres de bières ! (un demi-litre pour moi me suffit amplement!). Et donc d’avoir des vessies résistantes. Les mecs mettent des plombent quand ils vont pisser. Bonne occasion pour mater, même si je ne fais pas trop. En tous les cas, j’ai pu constater que pisser pendant 4 minutes montre en main, c’était possible, quand moi je vidais mon litre de bière en plus d’une minute sans doute. Donc la vessie des mecs en Allemagne peut contenir jusqu’à combien de litres ? 2 l ? 3l ? 4l ?
Et pour cause de rythme de boulot un peu trop chargé, j’ai raté un sauna qui a l’air mythique. Ca me fait des choses à faire pour la prochaine fois, si il y a une prochaine fois !

** Julien Green(à ne pas confondre avec Graham Greene, le troisième homme - ca pourrait etre le titre d’un roman homo !- ): ces mémoires expurgées sont publiées dans la collection Bouquins. Pas lu, mais apparemment, c’est très cru et sex. Il aurait été pédébloggeur si il avait vécu à notre époque ! Ca crée aussi une mini polémique : fallait-il publier ou non ? Peut-etre que plusieurs années après ma mort, on retrouvera mon blog, mon identité et on publiera aussi (quoique c’est déjà public) ? Que faire de nos écrits intimes que l’on écrit quand même, partage un peu, mais dont on reste discret sur l’auteur (mon cas) ? On les laisse sur les blogs , au gré du vent d’internet….

lundi 23 septembre 2019

Homme respectable dans une demeure en pierre

Son attitude avait éveillé mes sens. Je le trouvais très prévenant, voir collant. Il était grand, bien de sa personne, et je n’étais pas insensible au charme qui se dégageait de lui. Mais il mettait aussi une certaine distance. 

Nous sommes rentrés dans cette petite salle du château (mais était-ce un château, en fait ? En tous les cas, une demeure ancienne, peut-être même une ancienne église) à la décoration baroque, avec des boiseries dorées (une référence à mon premier homme qui m’a offert il y a peu un morceau de moulure en bois doré à la feuille). Il avait des gestes vers moi, sans jamais me toucher. Des regards insistants, mais qui soudain portaient au loin. 

Il avait trouvé quelque chose par terre. Il s’agenouillait alors, dans un coin plus sombre de la pièce, s’exclamant sur sa découverte. Je m’approchais alors pour voir également, m’agenouillant à ses côtés. Nos regards se croisent, mais il ne réagis pas plus que ça. Moi en fait, je sens mon bâton durcir. Je ne tiens plus trop. Je m’approche pour l’embrasser, ce que j’ai jamais fait avec une personne ainsi « respectable » qui pourrait être en lien avec ma vie professionnelle. Il se laisse embrasser doucement, puis devient fougueux. Nous nous relevons, nos lèvres collées, nos langues entremêlées. Je suis totalement raide d’excitation, et je me rends compte que lui aussi. 

Et puis, je me réveille. Il est 4H18 du matin. En totale érection. Toujours quand on rêve. Encore plus certainement quand c’est un rêve érotique.
Je me rendors, mais en me levant ce matin le rêve est encore dans mon esprit. Pourtant, les rêves de milieu de nuit, j’ai tendance à les oublier.