mardi 8 février 2011

Semaine à Paris ou le Vase Brisé


Une semaine à Paris. Une bouffée d'oxygène, me disais-je en partant. Des rencontres planifiées, des perspectives de nouveau boulot. Oublier mon boulot actuel, me dégager des obligations de la maison, de la famille. Je les adore, mais , de temps en temps, j'aime me retrouver aussi seul.

Mais , en fait, de nouvelles interrogations. Ou plutôt, des interrogations de plus en plus aigües, qui me hantent. Ce billet finit sur une note un peu pessimiste. Mais, je ne le suis pourtant pas. C'est un passage dans mon esprit. J'y trouverais une solution, dans un sens ou dans un autre, mais toujours positif. Je le reste, positif. L'ai toujours été. Même dans les moments les plus durs.


Bilan:

*Paris est toujours aussi beau, je m'y sens toujours aussi bien. Même si je me suis fait mal, en me baladant du côté du Boulevard St-Germain, mon quartier d'étudiant, qui n'est plus du tout à ma portée, qui est devenu très "riche", "haute couture" et "mode de luxe". C'est beau, plutôt de bon goût, mais je ne peux qu'y regarder les vitrines (et à la réflexion, quand j'étais étudiant , je faisais pareil, mais il me semble que les cafés étaient encore abordables, un peu vieillots et n'avaient pas ce décorum branchés qu'ils ont quasiment tous aujourd'hui).

* Perspectives professionnelles à mon avis réduites à néant pour les prochains mois. Je vais devoir rebondir sur autre chose. Ou je reste ici (mais déjà , il y a presque deux ans, j'avais écrit sur ce blog qu'en décembre 2010, je partais vers d'autres horizons professionnels. Et bien, c'est bel et bien raté!), ou je me reconvertis vers une activité plus lucrative (j'ai besoin de fric!!!)et plus intéressante. Peut-être que je devrais rendre ce blog payant? vous accepteriez, les lecteurs?
J'ai l'impression d'être devenu un professionnel de l'amateurisme: tout ce que je fais, je le fais en amateur. Je fais illusion au premier abord. On me trouve super, intéressant, motivant, connaisseur, voir professionnel. et puis, si on gratte un peu, le vernis s'écaille, et là, c'est la catastrophe. Je pense que je m'intéresse à trop de choses, du coup, je ne reste qu'à la surface. A moins que ce ne soit l'âge, et que mon cerveau n'arrive plus à imprimer. Mais, je n'en ai pas vraiment l'impression. Non, je m'interdit de rentrer dans la profondeur, dans l'essentiel. Par paresse. Par négligence. Ou par peur.

*Des rencontres planifiées: j'en avais plusieurs de prévues, de diverses natures. Une seule s'est réalisée (les autres n'ont pas eu lieu de mon fait d'ailleurs , je pense, à la réflexion). Mais elle vaut toutes les autres. Une très belle rencontre avec un lecteur-bloggeur des plus intéressants: parcours de vie proche, même age, même sensibilité , je pense. De nombreuses discussions sur nos cheminents , nos interrogations. Qui m'ouvrent aussi des abîmes sur moi-même, sur mes souhaits, mes désirs, mes choix de vie. En tous les cas, qui m'amènent de plus en plus à des réflexions sur mon moi profond. Il a joué sans le savoir un rôle de révélateur....Il m'a beaucoup touché, je le trouve très "couillu" contrairement à moi (ce n'est pas son avis). en tous les cas, il m'a fait beaucoup de bien. Et il continue , sans le savoir....

Quelque part, ce que j'appelle mon amateurisme, qui se manifeste par un défaut total de concentration me semble trouver ces racines aussi dans ces questions sans réponses, ou auxquelles je ne veux pas trouver de réponse. "libère-toi" de tes poids , me dit-il, ouvre toi..J'ai l'impression dêtre très ouvert pourtant, mais pas avec tout le monde, et je mets très vite un frein à ce qui se présente à moi, porteurs de futurs et de nouveautés.

**Je sens que les félures de ma tête commencent à craquer, que la colle qui tient tout ça, a de plus en plus de mal à résister. Comme dans ce "Vase brisé" de Sully Prudhomme. Vous connaissez? :

Le vase où meurt cette verveine
D'un coup d'éventail fut fêlé ;
Le coup dut l'effleurer à peine,
Aucun bruit ne l'a révélé.


Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D'une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.


Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s'est épuisé ;
Personne encore ne s'en doute,
N'y touchez pas, il est brisé.


Souvent aussi la main qu'on aime
Effleurant le coeur, le meurtrit ;
Puis le coeur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt ;


Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde :
Il est brisé, n'y touchez pas.



Sully Prudhomme



Alors , en ce moment, je me dis qu'il faut peut-être que je ne touche pas trop à ma tête. Elle pourrait se fendre d'elle-même, après s'être amochée un peu toute seule.

9 commentaires:

  1. A paris ? tu aurais pu me le dire !"enfoiré"
    Quant à moi, mon humble avis tu ne fais pas illusion, tu parait comme tu es! Il a raison, libère toi de tes poids et fais toi confianceet vis.
    Je t'embrasse si tu le permets

    RépondreSupprimer
  2. Comment ça tu étais à Paris pendant 1 semaine ??? pffff.

    RépondreSupprimer
  3. @ eau sauvage: je t,embasse aussi....et tente de suivre tes conseils
    @daidou: je pense comprendre le message...toi qui a déjà su si bien me remettre en place...
    @ eau sauvage et christophe: mon arrivEe a paris etait annoncée sur ce blog

    RépondreSupprimer
  4. Eh! Eh! la prochaine fois je sors mon fouet! Bises et bon week

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Arthur !
    Tu vois que j'avais raison :) :)
    Bisous et bon week-end !

    RépondreSupprimer
  6. Oui bah il faut s'annoncer aussi par mail. Hein ! Non mais je rêve. lol

    RépondreSupprimer
  7. Savoir faire un bilan de ses forces et faiblesses n'est pas donné à tout le monde et, en tout cas, pas aux amateurs...
    Les amateurs ne voient pas qu'ils le sont. Ce qui compte, c'est toi : ce que penses devoir faire ou pas. Même si tu risque d'être déçu, ne renonce pas à placer la barre plus haut. Reste ambitieux et motivé, ce n'est qu'un petit passage à vide :)

    RépondreSupprimer
  8. @daidou: j'attends de voir.....mais c'est pas trop mon truc, maitre!!lol

    @virginie: tu avais raison? sur quoi exactement? je pense voir, mais je ne serais pas aussi catégorique... ce sont mes sentiments qui sont mélés aujourd'hui, pas mon orientation bisexuelle, qui reste effectivement mal ou, plutôt pas assumée ....

    @christophe: Comme un roi (Arthur, en l'occurence), j'annonce mes déplacements sur ce blog...à vous de saisir ou non la perche...

    @EK91/psy à 2 balles: j'aime bien les psys à deux balles, c'est moins chers...et souvent de très bons conseils...je me ressaisis sur mes ambitions professionnelles, met la barre haute, et reprend la motivation...mais pour le reste, c'est plus dur!!!merci à toi

    RépondreSupprimer